Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire religieuse

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #5

    5            Nous venons de nous familiariser avec la vie quotidienne et religieuse de nos ancêtres gallo-romains. Avec le 4ème siècle, le climat s’alourdit : l’Empire romain est en crise et n’assure plus vraiment l’unité des nations qui le composent et la défense de leurs frontières. Pour nous, c’est la frontière du Rhin qui devient menaçante, après le départ des Légions romaines … vers d’autres parties menacées de l’Empire.

          Alors on construit à Toul des remparts !

          Au point de vue religieux, il est difficile d’entrer dans les détails. On peut dire que la foi chrétienne se répand discrètement mais sûrement. On peut repérer l’existence de communautés chrétiennes dans les villes de Naix aux Forges[1], de Soulosse[2] et de Grand (dans la Meuse et les Vosges actuelles), à Sion[3] et à Toul, à Deneuvre (Meurthe et Moselle actuelle). Peut-être déjà quelques communautés chrétiennes dans des villas gallo-romaines… comme dans la « Villa romaine du Vermois » (Ville en Vermois en perdure le souvenir)… qui est la plus ancienne paroisse du diocèse !

         La foi est arrivée secrètement. Par qui ?

         Les militaires souvent mutés : depuis le massacre de la Légion thébaine (c’est-à-dire venant de Thèbes en Egypte, donc avec des chrétiens « coptes » depuis le 1er siècle) près d’Agaune en Suisse, on sait que les légions romaines comprennent des chrétiens qui soutiennent les martyrs durant leur exécution ou refusent d’exécuter les ordres de les mettre à mort. St Maurice de cette Légion thébaine en est un magnifique exemple. Une église lui sera dédiée au 5ème siècle par St Evre dans la banlieue de Toul. St Martin est également un bel exemple : né en 316 en Pannonie (province romaine d’Europe centrale, Hongrie actuelle), fils de militaire et donc militaire par obligation, il est muté à Amiens autour de 330… où il se convertit au christianisme… quitte l’armée et rejoint St Hilaire à Poitiers. Il est un des grands évangélisateurs de la Gaule.

           Des chrétiens en voyage à une époque où on se déplace beaucoup, et notamment quelques grandes figures chrétiennes comme St Athanase d’Alexandrie – le défenseur contre Arius, de la divinité du Christ au concile de Nicée en 325 – qui passe à Toul se rendant en exil impérial à Trêves en 336… ou St Ambroise né à Trêves et partant pour Milan.

          Il y a peut-être ici ou là des communautés chrétiennes dans l’une ou l’autre des villas gallo-romaines de la région.

         Mais la présence chrétienne doit être discrète puisqu’il n’y a pas chez nous de martyrs de la terrible persécution de Dioclétien (303-311) qui a beaucoup affaibli l’Eglise chrétienne qui ne pourra progresser que grâce à « l’édit de Milan » de Constantin en 313.

         Ces communautés chrétiennes discrètes sont visitées, formées et encouragées par des évêques itinérants. Selon la méthode évangélisatrice des apôtres – fonder une communauté, y établir des Anciens (presbuteros en grec, ce qui donnera les « prêtres ») partir pour d’autres lieux et revenir régulièrement pour des visites – les communautés fondées au 4ème siècle sont visitées par des évêques qui ont un vaste territoire sous leur charge et qui passent dans els communautés fondées pour les former, les encourager, les aider à évangéliser leur cité.

     

    [1] Une grande cité, peut-être 10 000 habitants. Voir le site sur Naix aux Forges
    [2] On y a fait de belles découvertes archéologiques, visibles autrefois à la mairie. Entre autres, une belle coupe eucharistique avec décor chrétien.
    [3] Voir au Musée lorrain les résultats des fouilles, en particulier la plaque chrétienne du 5ème siècle dont on reparlera plus loin.

  • L'histoire des Chrétiens de Lorraine (#1 à #4) ... sur RCF

    Retrouvez les propos des quatre premiers articles de l'histoire des Chrétiens de Lorraine, par le Père Bombardier, dans l'émission mensuelle de RCF :

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #4

    4  L’autre grand temple attirant de nombreux fidèles était celui de Deneuvre au Sud Est du domaine des Leuques. Le Temple, construit au pied de l’oppidum de Deneuvre, était dédié à Hercule et le culte se rendait dans une zone de sources : la divinité romaine assumait la vision gauloise que les dieux se communiquaient aux hommes par l’eau des sources. Le mythe « des 12 travaux d’Hercule » est relu à cette époque comme un itinéraire d’humanisation que l’homme doit reproduire aidé par le dieu. C’est aussi un lieu de guérison (on ne sait de quoi) et d’exaucement : les stèles - ex voto – en témoignent.


    deneuve,saxon-sion,lorraine

           En effet, on a retrouvé de très nombreuses stèles – sculptées sur place dans la pierre locale - d’Hercule dormant ou combattant, témoignent de la ferveur et de la fréquence du lieu[1]. Créé vers 150 de notre ère, le temple connut un maximum de fréquentation dans les années qui suivirent. Puis alternent les périodes prospères et plus faibles.

       Vers 375, le lieu est systématiquement et minutieusement détruit, sans doute par la communauté chrétienne locale, assez forte, dans les années qui ont suivi l’échec de Julien l’Apostat de rétablir le paganisme dans l’Empire.

          Le musée actuel de Deneuvre (ICI) reconstitue avec minutie la réalité de l’époque prospère du Temple.

          Sur la colline de Sion, enfin, les celtes vénéraient le dieu de la Guerre Wotan et la déesse de la fertilité et de l'abondance Rosmerta.

        Lors de la conquête romaine de la Gaule, l'enceinte de Sion était une des places forte des Leuques, la concurrente de Toul. La colline connaissait alors un commerce actif avec la péninsule Italique, fait de céramiques campaniennes, d'amphores et de vaisselle métallique. Elle constituait géographiquement un point de contrôle, implanté sur l'axe nord-sud reliant la Saône à la Moselle.

         « De nombreux vestiges d’habitation ont été mis au jour sur le site pour cette période : fondations de murs, caves, fragments de mosaïques. Cet ensemble reflète une certaine richesse, qui se traduit aussi par du mobilier: fibules, épingles, plats et statuettes en bronze (dont le célèbre et magnifique Hermaphrodite[2]).  Au lieu-dit Les Grands Champs (sur la colline de Sion), une nécropole a livré plusieurs tombes à incinération ou à inhumation. Enfin, une inscription au dieu romain du commerce Mercure et à la déesse gauloise de la fertilité et de l’abondance Rosmerta semble indiquer l’existence d’un sanctuaire gallo-romain. »[3]

    deneuve, saxon-sion,lorraine

    Saxon-Sion, La Côte de Sion, Inscription en l'honneur de Mercure et Rosmerta, musée lorrain-Pierre Mignot

     Sur l'archéologie de la Colline de Sion, c'est ICI

        A ces hauts-lieux prestigieux s’ajoutent de très nombreux petits sanctuaires comme par exemple le temple, repéré en 1999, à Viomenil, dans la forêt de la Pille avec une dédicace à Apollon et Mercure. Il fut fréquenté du 1er siècle (2ème moitié) à la fin du 3ème.[4] On a découvert de très belles statues en grès et beaucoup de fragments d’autres.

        Les musées de la région contiennent de nombreux témoignages de cette époque. Un dimanche d’hiver où l’on ne sait pas quoi faire… les musées sont ouverts.

    [1] Les textes sont quasiment tous écrits en latin ce qui montre une romanisation et une latinisation précoce et forte de la région.
    [2] Que l’on peut admirer au musée du Chapitre d’Epinal parmi d’autres merveilles de cette période.
    [3] Présentation sur site de Sion.
    [4] Op.cit. p. 26 à 31

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #3

    3     Continuons à nous familiariser avec nos ancêtres Leuques.

           Les Gaulois étaient des gens religieux même s’il est difficile de bien connaître leurs croyances. Pour leurs sanctuaires, ils aimaient les sous-bois, les sources, les hauteurs. Très vite, ils adoptèrent les dieux romains comme en témoignent de nombreuses épitaphes retrouvées à Naix (Le temple de Mazeroie et son très grand complexe religieux), Châtenois, Soulosse, Sion… : [1] on y trouve Apollon, Jupiter, Mars, Mercure, Hercule aux côtés des déesses mères, plus gauloises : Epona, Rosmerta, Sirona.

           On peut tout de même signaler trois grands sanctuaires :

           Le plus prestigieux est Grand, situé à l’écart de toute route importante, sauf peut-être une voie en direction de Châlons en Champagne récemment identifiée.[2] !

           La cité se développe surtout à partir du 1ersiècle autour du sanctuaire dédié à Apollon Grannus [3] avec un équipement urbain typiquement romain : vastes quartiers, portes, habitations diverses, basilique, vaste amphithéâtre pour 17000 spectateurs, thermes… La ville était entourées de villas gallo-romaines. Et la cité de Liffol-le-Grand pouvait faire partie de l’agglomération de Grand comme le suggèrent les fouilles récentes de la villa de la Goulotte à Liffol. La ville était alimentée en eau par des aqueducs de surface.

           C’est dans ce sanctuaire que se rendit vraisemblablement Constantin lui qui gouvernait la Gaule, l’Espagne et la Bretagne depuis 310, lorsqu’il avait pris la succession de son père Constance Chlore. « Il avait conforté sa légitimité en se mettant sous la protection d’Apollon dont il disait avoir eu la vision dans le temple de Grand et qu’il invoquait sous le nom du Soleil ce que traduit dans ses monnaies, sa légende « Au soleil invaincu compagnon » de l’empereur. Ses panégyristes disaient que cette vision s’était accompagnée de la promesse d’un pouvoir universel. » [4]

           Entrons dans le sanctuaire de Grand : c’est un cheminement rituel. Les pèlerins s’approchent des limites de la cité en faisant acte d’allégeance aux dieux, avec quelques offrandes, gâteaux et fruits. Puis ils entrent dans l’enceinte, passent le portique pour aller à la fontaine sacrée profiter de ses vertus thérapeutiques. Ils vont ensuite se purifier le corps dans l’un des établissements de bains (deux à l’extérieur du rempart, deux à l’intérieur) Un ex-voto trouvé sur le site[5] porte la formule «somno jussus» («ayant reçu des consignes pendant son sommeil»). Cela semble indiquer qu’on y pratiquait l’incubation : sous le portique, couché sur le sol (ou sur la peau d’un l’animal qu’il a offert en sacrifice), le consultant s’endormait et ses rêves étaient censés lui apporter la révélation prophétique qu’il avait sollicitée ou lui donner des indications sur la manière de recouvrer la santé. Apollon lui-même pouvait lui apparaître en songe pour lui indiquer le traitement à suivre. Ce rite d’incubation était pratiqué à Épidaure et, à Rome, dans le sanctuaire asclépien de l’île Tibérine. »

         En 309 ou 310, il est probable que Grand a accueilli celui qui allait devenir l’empereur Constantin, venu prier et consulter Apollon. Selon le Panégyrique de Constantin, l'empereur aurait eu là une vision prophétique , Apollon, accompagné de la Victoire, venant lui offrir des couronnes de laurier.

                Nous continuerons la visite des sites religieux la prochaine fois ! 

    grand,lorraine

     Photo extraite du CD-Rom "L'empreinte de Rome sur la Gaule"

     Visite de l'amphithéâtre de Grand sur le blog "patrimoine de Lorraine"

    Visite virtuelle de l'amphithéâtre 

     

    [1] Voir musées d’Epinal et Lorrain
    [2] Voir Vivre à la romaine Voyage dans les Vosges antiques publié à la Gazette lorraine en juin 2014 p. 46. Très beau livre sur ce sujet.
    [3] Dieu gaulois accolé en Gaule à Apollon. Dieu solaire comme Belenos (vénéré à Blénod les Toul)
    [4] Cité par L’antiquité tardive en Provence : Naissance d’une chrétienté sous la direction de Jean Guyon et Marc Huijmans. 2013 p. 25-26 Tiré du Panégyrique de Constantin. Voir aussi La vision de Constantin au sanctuaire de Grand et l'origine celtique du Labarum Hatt, Jean-Jacques. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres Année 1950 Volume 94 Numéro 1 pp. 83-86
    [5] op. cit. p. 48

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #2

    2       Promenons nous dans notre pays des Leuques au 1er siècle !

         Notre région est bien peuplée… dans d’autres villes gallo-romaines mais aussi à la campagne. En effet, constatent les historiens « l’éclatement de l’habitat sur l’ensemble du territoire suggère une volonté d’exploitation systématique des campagnes. Les matières premières extraites du sol (récoltes, pierre, bois, minerai…) et les objets finis (poteries, outillages en fer), étaient ensuite commercialisés vers les agglomérations et cités voisines par l’intermédiaire d’un réseau de communication très efficace. L’écart observé entre chaque agglomération est en moyenne de 25 kms, ce qui correspond à une journée de marche ou de déplacement en charrette tirée par des bœufs. »[1]

          Entre les « agglomérations » les villas gauloises maintenues ou devenues gallo-romaines sont très nombreuses et parfois voisines ; entre elles des domaines plus petits. Par exemple entre les grandes villas gallo-romaines de Germainvillers, Damblain et Morimond, on remarque une douzaine de domaines agricoles plus petits. Quel que soit leur taille, ces domaines agricoles regroupent autour de la résidence du propriétaire, les bâtiments agricoles et les maisons pour le logement des serviteurs travaillant sur le domaine et leur famille. Les noms de village qui comprennent le mot « cour » ou « court »  ou « ville » perpétuent la mémoire de ces villas comme « Villers » qui vient du gallo-romain « villare ».

          La villa de Damblain est un magnifique exemple de certaines de ces villas du 1er siècle ! Quelle splendeur ! Elle fut fouillée en 2011 et montra ses beautés en particulier un complexe domestique de Thermes (avec bassins tiède, chaud et froid et vestiaire) de magnifiques décorations de mosaïques, de marbres, de peintures originales… pour 6 personnes ! [2] Le bâtiment résidentiel est long de 45 m et 17 m de large, une cour, bâtiments de services et jardin. 

    Etat actuel des fouilles de la villa de Damblain C'EST ICI

          On trouve d’autres villas gallo-romaines de maîtres dans la région : à Bouzemont,[3] à Grand la villa de la Fontainotte[4], la Goulotte de Liffol …la Lana en Meurthe et Moselle, Ceintrey, …

         Les graines et restes alimentaires découverts dans les fouilles donnent une idée du mode de vie alimentaire du temps. Des céréales (millet commun, orge, blé, épeautre, seigle, avoine…) des légumineuses ( lentilles, pois, fève pavot) des épices (aneth, fenouil, céleri, coriandre, cumin, anis, sarriette des jardins) des arbres fruitiers (poirier, mûrier, pommes, prunes, cerises, coing, figuier, calebasse, melon..) Nourriture variée donc de culture locale ou importée.[5]

                     La suite arrive bientôt !

    [1] Voir Vivre à la romaine Voyage dans les Vosges antiques publié à la Gazette lorraine en juin 2014 p. 46. Très beau livre sur ce sujet. Op. cit. p. 53
    [2] Une reconstitution de ces thermes est réalisée au musée d’Epinal.
    [3] Op.cit. p.64
    [4] op. cit. p. 74
    [5] Fouilles de Grand, Damblain … Même variété dans les fouilles de Metz et Trêves. Op. cit. p. 68 à 73

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #1

        1     Commençons avec joie une grande aventure : raconter notre histoire de chrétiens dans notre région. Nous réjouir d’être héritiers de tant de belles réalisations… et aussi d’échecs, de maladresses voire de péché. L’Evangile arrive tout doucement chez nous au cours des 3 premiers siècles de notre ère.

       Les populations de ce qui deviendra le diocèse (la tribu gauloise des Leuques autour de Toul[1]), ont accueilli paisiblement la civilisation et la culture romaines autour du premier siècle. Elles accueilleront la foi chrétienne aussi paisiblement.

        La Cité des Leuques ? Une Cité à l’époque, c’est une tribu autour d’une ville capitale. La nôtre recouvrait les territoires que sont aujourd’hui la Meurthe et Moselle Sud, les Vosges, la moitié Sud de la Meuse et le tiers Nord de la Haute Marne. Une grande cité donc !

         Nous sommes au premier siècle de notre ère.

        La capitale est Toul [2] une petite cité gallo-romaine dont la fondation remonte aux années qui ont suivi la conquête de la Gaule par César (58-52 av. JC). D’abord située sur le St Michel, elle s’est étendue ensuite dans la petite plaine laissée par la Moselle, entre les eux bras de l’Ingressin (qui coule maintenant paisible …sous la ville !). Elle se développa après la conquête romaine, sur une très petite surface, constituée de la place du marché et du quartier Michâtel actuels. La ville « s’équipe » petit à petit à la romaine : places publiques, marché, théâtre, temples, bains …

        Il est possible que Naix aux Forges[3] (Nasium) ait été la première capitale des Leuques devenus Romains. Mais, à la fin du 1er siècle, c’est Toul qui l’a supplantée… et qui a même empêché Sion – l’autre grande ville - de devenir capitale. On a repéré plusieurs villas gallo-romaines au pied du St Michel, un atelier de potier dans le quartier St Evre et une nécropole dans le faubourg St Mansuy. La ville resta sans murailles jusqu’au 3ème siècle.

        Malgré sa petitesse, Toul est une cité bien reliée, ce qui fit sa fortune !

        Par les routes : celle venant de Lyon à Toul – véritable artère principale et impériale,  par Langres, Nijon, Soulosse puis Scarpone [4]et Metz; à partir de Metz, la route se dédoublait de chaque côté de la Moselle pour gagner Trêves et ensuite, Cologne ou Mayence. Une autre route venait de Reims et passait à Toul par la vallée de l’Ornain. Une autre route enfin, partait de Toul vers Sion, la grande rivale de Toul. (La route toute droite vers Colombey les Belles aujourd’hui)

        Par les rivières : La Moselle surtout pour le transport des personnes et des biens (notamment la pierre des carrières, les bois des massifs vosgiens).

        Mais il y avait aussi d’autres villes gallo-romaines : certaines ont développé un site urbain gaulois préexistant – Sion par exemple - ; d’autres furent de complètes créations : Nasium par exemple, située près d’une rivière car les villes romaines ont besoin de beaucoup d’eau en particulier pour les bains.

                La suite… dans le prochain numéro ! 

    [1] Mais aussi les Médiomatriques autour de Metz et Verdunenses autour de Verdun et un peu plus au nord, les Trévires autour de Trêves. Ces 3 tribus et la nôtre auront destinée commune jusqu’à la révolution française !
    [2] dont le nom est d’origine celtique et signifie « petite colline »
    [3] Petit village de la Meuse, près de l’oppidum gaulois de Boviolles. A l’époque romaine, bien plus étendu qu’aujourd’hui. Nombreuses fouilles récentes dans cette région.
    [4] Dieulouard aujourd’hui

  • Les nouveautés du blog....

    Chers amis,

     

    Voici quelques projets de « Foi et Culture » pour commencer cette année…

    Vous allez prochainement trouver sur ce blog une rubrique nouvelle d’histoire de notre diocèse… par petites touches pour nous réjouir de la vie chrétienne de nos ancêtres, nous sentir proches d’eux qui ont connu des difficultés comme nous, pour comprendre vraiment comme des héritiers … donc des fondateurs aujourd’hui. 

                « Pages d’histoire de l’Eglise qui est à Nancy »… Pages d’histoire seulement, car cette rubrique ne prétend pas être une histoire complète de la communauté catholique du diocèse de Toul d’abord, puis de Nancy et Toul aujourd’hui. C’est plutôt un parcours dans cette histoire, soulignant les points forts, les passages difficiles, les entreprises inaccomplies, les grandeurs et les ombres, au cours de ces longs siècles, depuis le milieu du 4ème siècle, temps de l’Evangélisation, jusqu’à 1914, juste avant les grands bouleversements qui feront naître nos 20ème et 21ème siècles et qui nécessiteraient une étude à eux tout seuls… « Pages d’histoire » aussi, parce qu’elles sont le fruit de mes curiosités – elles datent de ma classe de 4ème au lycée Poincaré de Nancy -, des conférences données, des cours assurés au grand séminaire de Nancy ou à l’institut des Sciences Religieuses, des recherches…au long des presque cinquante dernières années.

                « De l’Eglise du Christ qui est à Nancy et Toul » : cette manière de parler de l’Eglise est empruntée, on le sait, à l’Apocalypse de St Jean. Elle dit magnifiquement la réalité de l’Eglise diocésaine : l’Eglise du Christ dans sa plénitude présente en ce lieu – « Nancy et Toul », sur cette terre lorraine. Mais je l’ai choisi aussi pour une autre raison : j’ai voulu faire pressentir la vie profonde de la communauté catholique, des personnalités catholiques qui lui donnent une âme – saints, artistes, disciples humbles et riches …- la vie profonde de la foi, de la recherche de Dieu qui les saisit ; j’ai voulu montrer les évolutions théologiques, spirituelles, les passages difficiles…     J’ai voulu – ai-je réussi ? je ne sais – non seulement raconter les événements le plus sérieusement possible mais comment ils étaient sentis et vécus dans la foi… réalité qu’en France, on occulte systématiquement !... non par science – car le ressenti de la foi et son expression théologique sont des « documents de l’histoire » au même titre que les chartes et les bâtiments -, mais par idéologique laïciste qui déclare la foi sans réalité, réservée au privé et sans impact - !!!! - sur le donné historique !... voire troublant le donné historique. L’Eglise est donc toujours regardée comme une organisation (avec seulement les catégories de pouvoir, savoir, avoir …) jamais la recherche de Dieu, jamais la sainteté ! dont l’Eglise est pourtant le laboratoire avec constance depuis 2000 ans ! Sans nier cette dimension sociologique, je souhaite présenter l’histoire de notre Eglise locale comme un organisme vivant, avec ses exaltations, ses crispations, ses échecs, ses recherches laborieuses… sa vie… et son influence bien réelle, enfin !

                La citation, donnée en référence, tirée de l’épître aux Hébreux, vient me confirmer dans mon choix de présentation. Voilà comment l’auteur montre l’Eglise dans laquelle chaque disciple poursuit sa course : « Entourés d’une telle nuée de témoins, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. » (Epitre aux Hébreux 12/1-2). Je veux montrer au cours de ces pages, cette course des disciples du Christ sur notre terre, durant ces 16 siècles de vie chrétienne, de témoignage, de foi, d’espérance et de charité, avec leurs lumières et leurs ombres « les yeux fixés sur Jésus », origine et terme de notre foi. 

                A Nancy, le 3 juin 2017, en cette fête de Pentecôte, clôture de notre année diocésaine, où plus de 400 disciples d’aujourd’hui – jeunes et adultes - ont reçu le sacrement de la confirmation.                                      

    Père Jacques Bombardier de l’Oratoire St Philippe Néri de Nancy

     

  • 250ème ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU ROI STANISLAS

    23 FÉVRIER 1766 – 23 FEVRIER 2016

    250ème ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU 

    ROI STANISLAS ROI DE POLOGNE 

    DUC DE LORRAINE ET DE BAR

    stan.png

    A Notre Dame de Bonsecours

    18H messe à la mémoire du Roi. 

    animée par la chorale la Joie du Mélode

    En présence des autorités de la ville 

    et de l’Académie de Stanislas.

    A l’issue de la messe, 

    Lecture d’extraits de l’éloge funèbre de Stanislas et dépôt de gerbes.