Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toul

  • Histoire des chrétiens de Lorraine #1

        1     Commençons avec joie une grande aventure : raconter notre histoire de chrétiens dans notre région. Nous réjouir d’être héritiers de tant de belles réalisations… et aussi d’échecs, de maladresses voire de péché. L’Evangile arrive tout doucement chez nous au cours des 3 premiers siècles de notre ère.

       Les populations de ce qui deviendra le diocèse (la tribu gauloise des Leuques autour de Toul[1]), ont accueilli paisiblement la civilisation et la culture romaines autour du premier siècle. Elles accueilleront la foi chrétienne aussi paisiblement.

        La Cité des Leuques ? Une Cité à l’époque, c’est une tribu autour d’une ville capitale. La nôtre recouvrait les territoires que sont aujourd’hui la Meurthe et Moselle Sud, les Vosges, la moitié Sud de la Meuse et le tiers Nord de la Haute Marne. Une grande cité donc !

         Nous sommes au premier siècle de notre ère.

        La capitale est Toul [2] une petite cité gallo-romaine dont la fondation remonte aux années qui ont suivi la conquête de la Gaule par César (58-52 av. JC). D’abord située sur le St Michel, elle s’est étendue ensuite dans la petite plaine laissée par la Moselle, entre les eux bras de l’Ingressin (qui coule maintenant paisible …sous la ville !). Elle se développa après la conquête romaine, sur une très petite surface, constituée de la place du marché et du quartier Michâtel actuels. La ville « s’équipe » petit à petit à la romaine : places publiques, marché, théâtre, temples, bains …

        Il est possible que Naix aux Forges[3] (Nasium) ait été la première capitale des Leuques devenus Romains. Mais, à la fin du 1er siècle, c’est Toul qui l’a supplantée… et qui a même empêché Sion – l’autre grande ville - de devenir capitale. On a repéré plusieurs villas gallo-romaines au pied du St Michel, un atelier de potier dans le quartier St Evre et une nécropole dans le faubourg St Mansuy. La ville resta sans murailles jusqu’au 3ème siècle.

        Malgré sa petitesse, Toul est une cité bien reliée, ce qui fit sa fortune !

        Par les routes : celle venant de Lyon à Toul – véritable artère principale et impériale,  par Langres, Nijon, Soulosse puis Scarpone [4]et Metz; à partir de Metz, la route se dédoublait de chaque côté de la Moselle pour gagner Trêves et ensuite, Cologne ou Mayence. Une autre route venait de Reims et passait à Toul par la vallée de l’Ornain. Une autre route enfin, partait de Toul vers Sion, la grande rivale de Toul. (La route toute droite vers Colombey les Belles aujourd’hui)

        Par les rivières : La Moselle surtout pour le transport des personnes et des biens (notamment la pierre des carrières, les bois des massifs vosgiens).

        Mais il y avait aussi d’autres villes gallo-romaines : certaines ont développé un site urbain gaulois préexistant – Sion par exemple - ; d’autres furent de complètes créations : Nasium par exemple, située près d’une rivière car les villes romaines ont besoin de beaucoup d’eau en particulier pour les bains.

                La suite… dans le prochain numéro ! 

    [1] Mais aussi les Médiomatriques autour de Metz et Verdunenses autour de Verdun et un peu plus au nord, les Trévires autour de Trêves. Ces 3 tribus et la nôtre auront destinée commune jusqu’à la révolution française !
    [2] dont le nom est d’origine celtique et signifie « petite colline »
    [3] Petit village de la Meuse, près de l’oppidum gaulois de Boviolles. A l’époque romaine, bien plus étendu qu’aujourd’hui. Nombreuses fouilles récentes dans cette région.
    [4] Dieulouard aujourd’hui

  • Implantation des Jésuites à Nancy (3)

    A l'occasion du départ des Jésuites après 350 ans de présence en Lorraine, nous proposons un parcours dans Nancy et Pont-à-Mousson à la découverte de ce qui reste de leur implantation. On profitera de cette promenade pour décrire leur activité apostolique et culturelle.

    Voici la suite de la présentation, le début est ici et là.

  • 4 septembre : Saint Mansuy

    St Mansuy et l’organisation de la communauté autour d’un évêque : 

    Fête dans le diocèse le 4 septembre

    tombeau Saint Mansuy b.jpg

    le tombeau de St Mansuy à la cathédrale de Toul. Oeuvre de Mansuy  
    Gauvain grand sculpteur lorrain du XVIè, celui qui a sculpté Notre  
    Dame de Bonsecours

       C’est dans la 1ère moitié du IVè (Metz  dernier quart du IIIè) que Mansuy/ Mansuet (Mansuetus en latin =le doux)  arrive à Toul et il fut le premier évêque d’une communauté chrétienne déjà existante, même si elle était petite. Elle fut sans doute créée par des militaires chrétiens en poste à Toul et sans doute par les grands personnages chrétiens qui passèrent à Toul : St Athanase d’Alexandrie … allant en exil à Trêves et passant nécessairement à Toul.

       En effet, le 5 février 336, Athanase doit prendre le chemin de l'exil à Trèves. Il y séjourne pendant un peu plus d'un an (printemps 336 - juin 337). Il  a des compagnons égyptiens et y est bien reçu par l'évêque de la ville, Maximin. Réside également à Trèves le césar Constantin, fils aîné de l'empereur, qui devient le protecteur d'Athanase. L'empereur Constantin Ier meurt à Nicomédie le 22 mai 337, et la nouvelle parvient à Trèves dans les premiers jours de juin. Le 17 de ce mois, le césar Constantin envoie une lettre au peuple et au clergé d'Alexandrie : il y affirme que l'intention de son père était de rétablir Athanase sur son siège, et que lui-même va exécuter cette volonté. Athanase arrive le 23 novembre à Alexandrie, où il est accueilli en triomphe par ses partisans, mais où ses ennemis provoquent aussi des tumultes.Notons que St Jérôme (347-420), St Martin (316-397) et St Ambroise (né à Trêves en 340-397) se rendant à Trêves ou en revenant,  passèrent aussi à Toul. Le poète Ausone (309-394) précepteur de Gallien  puis préfet des Gaules séjourna à Toul et chanta la beauté de la Moselle.

       Revenons à Mansuy : Il serait sans doute plus juste de dire que Mansuy, un évêque itinérant de la Belgica prima, est le premier à s'être fixé en fin de vie à Tullum. Il aurait exercé son ministère de 338 à 375.

       La première Vie de St Mansuy fut écrite au Xème siècle, par le moine Adson abbé de Montier en Der.

       Ce qu’on sait de sûr, c’est que Mansuy édifia aux portes de la Cité, hors les murs, un oratoire, une petite église qu’il dédia à St Pierre et dans laquelle il fut enterré. Ce lien à St Pierre est très symbolique et intéressant. Plus tard une abbaye s’éleva sur son tombeau jusqu’à la Révolution et son corps demeura à cet endroit jusqu’en 1990.

       Le miracle le plus célèbre du saint fondateur : la résurrection du fils du gouverneur romain de la ville qui s’était noyé dans la Moselle.