Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire des chrétiens de Lorraine #2

2       Promenons nous dans notre pays des Leuques au 1er siècle !

     Notre région est bien peuplée… dans d’autres villes gallo-romaines mais aussi à la campagne. En effet, constatent les historiens « l’éclatement de l’habitat sur l’ensemble du territoire suggère une volonté d’exploitation systématique des campagnes. Les matières premières extraites du sol (récoltes, pierre, bois, minerai…) et les objets finis (poteries, outillages en fer), étaient ensuite commercialisés vers les agglomérations et cités voisines par l’intermédiaire d’un réseau de communication très efficace. L’écart observé entre chaque agglomération est en moyenne de 25 kms, ce qui correspond à une journée de marche ou de déplacement en charrette tirée par des bœufs. »[1]

      Entre les « agglomérations » les villas gauloises maintenues ou devenues gallo-romaines sont très nombreuses et parfois voisines ; entre elles des domaines plus petits. Par exemple entre les grandes villas gallo-romaines de Germainvillers, Damblain et Morimond, on remarque une douzaine de domaines agricoles plus petits. Quel que soit leur taille, ces domaines agricoles regroupent autour de la résidence du propriétaire, les bâtiments agricoles et les maisons pour le logement des serviteurs travaillant sur le domaine et leur famille. Les noms de village qui comprennent le mot « cour » ou « court »  ou « ville » perpétuent la mémoire de ces villas comme « Villers » qui vient du gallo-romain « villare ».

      La villa de Damblain est un magnifique exemple de certaines de ces villas du 1er siècle ! Quelle splendeur ! Elle fut fouillée en 2011 et montra ses beautés en particulier un complexe domestique de Thermes (avec bassins tiède, chaud et froid et vestiaire) de magnifiques décorations de mosaïques, de marbres, de peintures originales… pour 6 personnes ! [2] Le bâtiment résidentiel est long de 45 m et 17 m de large, une cour, bâtiments de services et jardin. 

Etat actuel des fouilles de la villa de Damblain C'EST ICI

      On trouve d’autres villas gallo-romaines de maîtres dans la région : à Bouzemont,[3] à Grand la villa de la Fontainotte[4], la Goulotte de Liffol …la Lana en Meurthe et Moselle, Ceintrey, …

     Les graines et restes alimentaires découverts dans les fouilles donnent une idée du mode de vie alimentaire du temps. Des céréales (millet commun, orge, blé, épeautre, seigle, avoine…) des légumineuses ( lentilles, pois, fève pavot) des épices (aneth, fenouil, céleri, coriandre, cumin, anis, sarriette des jardins) des arbres fruitiers (poirier, mûrier, pommes, prunes, cerises, coing, figuier, calebasse, melon..) Nourriture variée donc de culture locale ou importée.[5]

                 La suite arrive bientôt !

[1] Voir Vivre à la romaine Voyage dans les Vosges antiques publié à la Gazette lorraine en juin 2014 p. 46. Très beau livre sur ce sujet. Op. cit. p. 53
[2] Une reconstitution de ces thermes est réalisée au musée d’Epinal.
[3] Op.cit. p.64
[4] op. cit. p. 74
[5] Fouilles de Grand, Damblain … Même variété dans les fouilles de Metz et Trêves. Op. cit. p. 68 à 73

Écrire un commentaire

Optionnel