Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • histoire des chrétiens de Lorraine #10

    10  Christianisme et culture antique.

    Comment s’est passée la rencontre entre le christianisme naissant et la culture gréco-romaine antique ? Quand la foi chrétienne arriva dans nos régions du Nord de l’Europe, la rencontre avait déjà eut lieu, principalement en Orient, et les relations étaient déjà posées dans ses grandes options.

    Evoquons rapidement cette « rencontre » et explicitons le résultat qui arrive chez nous ! Nous avons vu comment très vite la culture antique et la foi se sont rencontrées chez nous cher St Vincent de Lérins ou St Loup.

       « Le christianisme est une religion et son objectif initial n’est pas de promouvoir les sciences et les arts. » La foi chrétienne commença par être très résolument hostile à la culture antique parce qu’elle était païenne !... même si les premiers chrétiens étaient imprégnés de cette culture qui étaient la leur quand ils vinrent à la foi ! (C’est vrai pour St Justin, Tatien, st Clément d’Alexandrie...) Les 1er siècles en fait aboutirent à « une christianisation des savoirs antiques ». Il se fit un grand tri dans le savoir antique, tri entre ce qui n’était pas compatible avec le foi et ce qui l’était ! Et « à la fin de l’Empire romain d’Occident, la culture antique était passée du statut « d’héritage discuté » à celui de « patrimoine accepté » et le monde lettré, selon les termes de P Athanassiadi, « d’une culture anthropocentrique à une culture théocentrique ». Le changement était d’importance. »

       La grande question était d’établir si on avait le droit de recourir aux connaissances antiques ou s’il fallait s’en tenir uniquement à l’enseignement biblique. La réponse prit un peu de temps et de débats mais on aboutit à ceci :

     - « l’élément déterminant fut ici que les chrétiens n’avaient pas mis en place une école confessionnelle centrée sur les Ecritures ; il n’y avait pas d’école évangélique. »

      - « Tout le monde continuait de passer par le modèle scolaire antique, la païdeia, grec à l’origine puis adopté par les romains. » Tout le monde apprenait à lire dans la littérature païenne, dans le théâtre, les livres d’histoire et de philosophie. Ce modèle des 7 disciplines fondamentales qui courut durant tout le Moyen Age jusqu’à la Renaissance en Europe, appelés à devenir « les Arts libéraux » des facultés jésuites fut mis en place sans doute au 3ème siècle.

      Le premier contact fut un choc frontal, culture grecque, foi chrétienne. Tertullien déclara : « Qu’y - a-t-il de commun entre Athènes et Jérusalem ? Entre l’Académie et l’Eglise ? » Mais très tôt d’autres auteurs furent plus nuancés et plus positifs tout en restant vigilants: St Justin philosophe devenu chrétien et martyr, St Clément d’Alexandrie.. Un peu plus tard, St Basile de Césarée « affirma l’utilité de lire les auteurs profanes. » St Grégoire de Naziance parle du tri à faire et il ajoute, positif, « Il n’est pourtant pas jusqu’à ces erreurs mêmes qui ne puissent nous servir à la piété, en nous faisant comprendre le bien par le contraste du mal, en prêtant leur faiblesse à la force de notre doctrine. »39

       Mais le grand artisan de l’acceptation positive et transformante pour la culture antique par la recherche religieuse chrétienne est Origène dans son école de Césarée de Palestine. «Le remerciement de Grégoire à Origène (vers 233-238) témoigne de l’ouverture de son enseignement à la majorité des écoles philosophiques. » On mit la philosophie au service du dogme chrétien... ce qui lui fit un peu violence mais permit aussi la survie de la philosophie antique ! Et le Concile de Nicée en 325, devant

    l’obligation expliquer et d’expliciter le langage biblique eut recours au vocabulaire grec et à des termes grecs précis pour définir les relations du Père et du Fils au sein de la Ste Trinité. « C’est ainsi que les chrétiens ont procédé à une relecture de la philosophie païenne, en l’interprétant et en l’évaluant à la lueur de la Révélation. »

       Les chrétiens ne créèrent pas une culture complètement nouvelle en faisant table rase du passé grec. Ils firent avec le matériau dont ils disposaient quitte à inverser le sens de la recherche culturelle : de l’anthropocentrisme au théocentrisme. « Le christianisme se développa au sein de la culture antique, en partie en opposition contre elle mais aussi en subissant son influence et en l’infléchissant en retour. »

      Cela se constate particulièrement dans la façon d’écrire l’histoire que la foi chrétienne changea complètement. Les chrétiens héritaient à la fois de la façon de faire juive et de celle de faire grecque ! Au début, avec Eusèbe de Césarée, on sent encore les modèles anciens. Mais à partir du 5ème siècle, la façon de faire chrétienne émerge et se confirme : on insiste sur la succession des empires et sur la chronologie en remontant à l’origine du monde ; on introduit des considérations géographiques et ethnographiques. «Alors que les auteurs païens voyaient dans l’Histoire ou bien un moyen de se remémorer les hauts faits ou bien la révélation de l’essence humaine,...alors que les juifs se cantonnaient principalement à une Histoire sainte, les chrétiens y virent l’élucidation du devenir universel de l’Humanité, lié à la mission de l’Eglise. » L’histoire a un sens, on va vers la venue Royaume de Dieu.